Promenade en montagne

Bonjour les gens ! Nous voici avec un petit texte en rapport avec les vacances : le paysage en mouvement, ou bien la randonnée en montagne ! Je vous souhaite une agréable lecture !


Promenade en montagne

Sylvie arriva au début du chemin de randonnée d’une montagne. C’était l’été, une saison idéale pour marcher sans soucis météorologiques. Elle ressentait déjà du plaisir à marcher vers une entrée de forêt. Le parcours commençait à être ardu, dans ce lieu sylvestre. En effet, les creux dans la terre et les grosses racines tordues pouvaient faire trébucher plus d’un randonneur et le faire dévaler de quelques mètres. Mais Sylvie ne se hâtait pas, car elle prenait son temps à goûter au paysage autour d’elle. Une douceur odeur de résine montait à son nez au fur et à mesure, ce magnifique liquide qui se métamorphosait en perles d’ambre, précieuses aux bijoutiers. Quelques branches aux divers feuillages et épines se tendaient vers elle, quelques fois, comme si elles l’aidaient et l’encourageaient à continuer.

À la sortie de la masse d’arbres, une plaine fleurie s’offrait à Sylvie. Une variété de fleurs de montagnes et des herbes hautes caressaient ses mollets. Le ciel était sans nuages et d’un bleu azur reposant aux yeux, et un parfum sucré se diffusait par une douce brise. Le paysage bucolique mélangeait la verdure des trèfles et des herbes aux couleurs diverses des fleurs.

Non loin du chemin en pente se trouvaient des rochers près d’un ruisseau. Sylvie décida de se reposer en s’installant sur l’un d’eux, chauffé par le soleil du midi, et se régénéra en mangeant son panier repas dans un silence relaxant. Seul le ruisseau, limpide, donnait des mélodies douces par ses clapotis éternels.

Une fois le repas fini, il fallut quitter ce confort pour continuer le plaisir de la promenade. Sylvie n’était pas angoissée, car la vue du paysage haut en couleur était un vrai bonheur pour elle, qu’importait l’heure.

Enfin, beaucoup plus tard, elle arriva sur un sol plat, toujours verdoyant, et contempla le lac. C’était une sorte de miroir géant, reflétant les autres pics de montagnes et la lumière du soleil en déclin. Ce magnifique panorama indiquait qu’il fallait rentrer de randonnée. Sylvie quitta donc le lieu pour retourner chez elle à contre-cœur.

Ce qu’il faut retenir de cette promenade estivale, c’est qu’une montagne n’est pas un simple roc pointu comme une pyramide. C’est une diversité de lieux que l’on ne voit que dans un endroit particulier. C’est l’enchevêtrement de la nature qui souhaite que ces endroits soient ensemble éternellement grâce à la montagne.

Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :