Fiche de lecture n°10 : Orgueil et préjugés

orgueil-et-prejuges couvDe nos jours, nous sommes largement en baisse de natalité. Les enfants décident de leur amour, qu’il passe ou casse. Mais au XIX ème siècle, ce n’était pas le cas : le mariage arrangé était de coutume pour les femmes, et parfois pour les hommes aussi. Et c’est très galère de placer une fille : elle a une dot (c’est-à-dire de l’argent pour son futur époux), et à moins que de se ruiner n’est pas un problème, il faut trouver un riche parti pour « investir ». Et c’est de cela dont va parler en partie Orgueil et Préjugés !

La famille Bennet n’a d’ailleurs pas de bol : elle a quatre filles en âge de se marier ! Heureusement, deux jeunes hommes beaux, riches, et surtout célibataires, s’installe dans leur voisinage. La mère Bennet en profite pour emmener ses filles, accompagnée par son mari pour rester dans les normes de société. C’est de coup de foudre pour l’aînée envers un des hommes (et dont c’est réciproque), c’est le mépris absolu pour la seconde (Elizabeth) envers l’autre (est-ce réciproque ? probablement).

Ce qui est cool dans ce roman, c’est le regard critique de la société de l’époque par divers moyens : caricatures, analyse à distance du narrateur, critiques ironiques d’Elizabeth. On voit que tout cela mène en ridicule : on se marie pour l’argent et non pour des sentiments ! Le bien financier avant le bien être du couple ! Ce qui est drôle, c’est que bizarrement ce n’est pas le père qui pense que c’est ainsi (pour lui, tant que ses filles sont heureuses et honnêtes, tout lui va), mais la mère, typiquement le genre de personne à croire aux préjugés et aux pires bêtises. Ce qui rend le personnage amusant à lire lors des dialogues. Le sarcasme d’Elizabeth au début est juste superbe, cela donne envie de rire de la société occupée par les apparences. Enfin, l’évolution de chaque personnages apporte un peu de réflexions sur le caractère et les apriorismes des gens. Il ne faut pas se fier à la première impression, ni à la dernière en date : tout le monde change.

 Cependant, on peut reprocher l’effacement de certains personnages au profit des principaux. J’aurais voulu avoir plus de développement sur des couples ou des formations de couples, par exemple. De plus, dans la deuxième partie du roman, il y a un romantisme trop poussé, au point de dénigrer le caractère d’Elizabeth (vous verrez comment).

Le roman reste agréable et drôle à lire, je vous le recommande si vous voulez rire un bon coup !

Fiche de lecture n°10

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :